Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Bénin: Talon éclaire sur les raisons de l’interdiction d’embarquement du pétrole nigérien

« On ne peut pas nous voir comme des ennemis et vouloir notre collaboration et nos moyens »,

Il donne la clé pour la résolution…

Ce mercredi 8 mai, le Chef d’État béninois, Patrice Talon, a confirmé sa décision d’interdire l’embarquement du pétrole nigérien via la plateforme de Sèmè-Podji. Dans une courte déclaration selon Rfi, il exprime son regret concernant les relations tendues entre les deux pays frères et affirme son souhait de normaliser ces relations existant entre eux.

En effet, le président Patrice Talon justifie cette initiative en soulignant l’absence de réponse des autorités nigériennes à ses efforts de dialogue. Il mentionne notamment l’inauguration du pipeline et souligne l’importance d’échanges formels entre pays.

Une quantité importante de céréales du Bénin entre sur le territoire nigérien par des moyens illégaux. « On ne peut pas nous voir comme des ennemis et vouloir notre collaboration et nos moyens », ajoute-t-il. Talon souligne que la levée de l’interdiction dépendra de la collaboration de Niamey, notamment en rétablissant les relations et en rouvrant les frontières terrestres. Ce qu’il dit en ces termes : « si demain Niamey accepte de collaborer, les bateaux pourront embarquer le pétrole nigérien ».

Par ailleurs, il a exprimé sa tristesse face à cette situation tendue entre le Niger et le Bénin, déplorant les accusations infondées d’une éventuelle attaque contre le Niger : « Je suis peiné par les relations tendues entre le Niger et le Bénin, deux pays amis et frères… Prendre le Bénin comme pays ennemi et répandre qu’il a massé des troupes étrangères à ses frontières pour attaquer le Niger est totalement ridicule ».

Voilà des propos on ne plus clairs du président Patrice Talon illustrent là où la politique du deux poids deux mesures des autorités nigériennes a contraint le Bénin à en arriver.

La balle est désormais dans le camp de la junte. Frontière fermée égale à pipeline bloqué ou frontière rouverte pour embarquement du pétrole nigérien autorisé. Affaire à suivre.

regrette M. Talon. conclut le chef de l’État béninois.

Jean De Dieu TRINNOU

Articles Similaires

Conférence sur l’économie fondamentale en Centrafrique: Dr Bertin Koovi expose les clés du développement à Bangui

Arnaud KOUMONDJI

Bénin : Casimir Sossou tourne dos au conseil communal d’Aplahoué pour…

Akkilou YACOUBOU

Signature d’une convention entre Parakou et l’AIMF : Ce que l’He Gbadamassi demande au président Atrokpo

Akkilou YACOUBOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR