Le Béninois Libéré
Image default
Société

Essor de la production du riz et maïs au Bénin : La sécurité alimentaire assurée par le PDI-CVA

(Idrissou BAKO nommé coordonnateur national du projet pour relever des défis innovants à l’horizon 2018 dans 16 communes au Bénin dans la production céréalière.)

Améliorer la sécurité alimentaire, les revenus ruraux et  réduire la dépendance à l’égard des importations de riz et de maïs au Bénin, c’est ce que vise  le projet de développement intégré des chaînes de valeurs agricoles au Bénin (PDI-CVA) lancé le jeudi 21 septembre 2023 dans la commune de Dassa-Zoumè, par le ministre de l’agriculture d’élevage et de la pêche, Gaston DOSSOUHOUI, en présence des bénéficiaires, des experts de la banque islamique de développement et biens d’autres. Le ministre déclare « d’un montant global de 20,01 millions de dollars us dont 18, 40 million de dollars de la BID et 1,61 millions du gouvernement du Bénin avec une zone couvrant 16 communes, le projet de développement intégré des chaînes de valeurs agricoles au Bénin PDI-CVA constitue une réponse aux défis de sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté, l’inclusion sociale, un levier majeur dans l’atteinte de l’objectif de production d’un million de tonnes de riz à l’horizon 2026. Je saisis cette occasion pour exhorter toutes les parties prenantes publiques et privées, internationales, nationales et locales à jouer pleinement dans les délais requis leur partition respective pour une mise en œuvre réussie du PDI-CVA ». Le préfet des collines, Saliou ODOUBOU, a pour sa part souhaité un franc succès au projet et exhorter les différents acteurs de sa mise en œuvrer à ne ménager aucun effort pour sa réussite. Il a par ailleurs félicité et demandé aux bénéficiaires d’accompagner le projet. Selon le directeur régional de la banque islamique de développement, Mamoudou ALPHA BAH, « la BID et ses fonds sommes très heureux de contribuer à cet important projet et nous restons persuader qu’il contribuera à soutenir le gouvernement béninois dans sa marche de réduction de l’autosuffisance céréalière riz et maïs. Tel que le coordonnateur l’a dit, nous espérons que la mise en œuvre du projet va respecter le délai et qu’on n’aura pas besoin de rallonger le délai comme d’autres projets » a-t-il fait savoir. Très ravi, le maire de savè, Denis OBA CHABI, représentant des maires des communes bénéficiaires a affirmé  » Monsieur le ministre, les populations des zones bénéficiaires de ce projet, ainsi que les élus locaux que nous sommes soutiennent le projet afin que les résultats escomptés soient atteints ». Le président de la PNOPPA, Arouna LAWANI, fait remarquer cette insuffisance « au Bénin en terme de consommation de céréales, le riz occupe la deuxième place après le maïs. Beaucoup d’effort reste à faire pour satisfaire la demande interne par la production locale aussi du maïs et du riz, c’est pourquoi, monsieur le ministre nous accueillons avec une immense joie le projet PDI-CVA ».

Conscient des tâches à lui assignées par son ministre de tutelle et au regard de ses expériences, le coordonnateur national, le Docteur en Sciences agronomiques de l’Ecole doctorale des sciences agronomiques et de l’eau (Edsae) de l’Université de Parakou, Idrissou Bako, a laissé entendre au terme de sa riche et édifiante communication « nous avons pu exposé aux participants les principaux objectifs du projet qui voudrait que le sous-secteur agricole soit transformé en une opportunité commerciale viable afin de promouvoir la sécurité alimentaire en ce qui concerne les céréales, promouvoir la diversification économique et promouvoir les opportunités d’emploi durable et améliorer les moyens de subsistance des populations bénéficiaires. Nous avons aussi partagé avec les participants les différentes réalisations qu’on peut retenir au niveau du projet qui saura aménager des superficies pour une maîtrise totale de l’eau permettant la culture du riz et maïs à plein temps. Il faut que des équipements de pré-récoltes et post-récoltes soient aussi mis à la disposition des producteurs. Quelques personnalités politico-administratives convaincues de l’importance du projet ont apporté leur soutien à la  concrétisation du projet. Il s’agit principalement, du directeur des opérations de la BID dans la sous-région ouest-africaine, Mahamane MOUSSA, disait « nous notre rôle en tant que bailleurs, nous avons mis sur la table à peu près 18 millions de dollars soit 11 milliards 400 millions de francs CFA pour une durée de 05 ans et espérons changer significativement le niveau de sécurité alimentaire dans la zone d’intervention du projet où nos  attentes sont au moins  une augmentation de 1% pour les communes cibles sans oublié la création de 10 mille nouveaux emplois dans les deux chaînes de valeurs riz et maïs ». Nous avons a été satisfait de l’annonce de ce projet qui est venu combler un vide et à travers ses différentes composantes à savoir : amélioration de la productivité agricole, valeur ajoutée et accès au marché, renforcement des capacités et développement institutionnel, gestion et coordination du projet, audit financier et enfin une réponse d’urgence, qui répond parfaitement à ses attentes a reconnu le maire de Savalou Dèlidji HOUINDO. A sa suite, le maire de Bembèrèkè, Garba YAYA est rassurant « tels qu’ils ont expliqué, le matériel utilisé dans l’agriculture est encore précaire, il va falloir le mécaniser et le projet va permettre justement pour ceux qui seront choisis de mécaniser la riziculture et naturellement, c’est un gain pour nos paysans. Sans fausses modestie, le docteur Idrissou BAKO est bien du domaine donc je n’ai pas peur de ses compétences. Pour madame le maire de Kandi, Alazi Sinatou OSSENI SAKA, » ce projet va permettre que les jeunes étudiants vont trouver d’emploi, il va éviter le chômage aux jeunes des communes cibles parce qu’à Kandi par exemple, plusieurs ont étudiant et sont encore à la charge des parents, donc je ne peux que remercier le gouvernement pour son effort louable et saluer pour finir le coordonnateur Idrissou BAKO qui est à la hauteur de sa mission » a-t-elle fait savoir. Ce projet qui s’étend sur 05 ans a 06 composantes. Il sera mis en œuvre dans 03 pôles développement agricole dans 16 communes du Bénin à savoir :Malanville, Karimama, Banikoara, Kandi, Gogounou, Kalalé, Sinendé, Bembèrèkè, Savalou, Savè, Tchaourou, Bantè, Dassa-Zoume, Glazoué, N’Dali et Nikki avec obligation de résultat, a souligné le coordonnateur Idrissou BAKO.

Oscar S.MEDO-ADOKON

Articles Similaires

Bénin : les conditions d’intégration sociale des personnes en situation de handicap revues (les détails)

Vignon Justin ADANDE

Confusion créée par l’interprétation de l’arrêt de la Cour d’appel de Cotonou dans le dossier MEF Int : Le pire a été frôlé ce samedi

Akkilou YACOUBOU

Koffi Olomidé à Cotonou depuis hier : LA CONSECRATION DE L’APOLOGIE DU CRIME PARFAIT

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR