Le Béninois Libéré
Image default
Société

Gbadamassi : Un homme, une histoire

Insensé serait un régime qui ne voudrait pas avoir un acteur politique comme lui. On peut tout lui reprocher mais quand il défend une cause en laquelle il croit, l’homme est inarrêtable et c’est pour avoir mis cette force au service de son candidat, qu’il est devenu la cible de ses adversaires politiques qui n’arrivent pas à le terrasser. Et pour cause, il ne s’agit pas de n’importe quelle bête, il s’agit du buffle de Parakou, l’un des animaux les plus puissants de la jungle que même le lion craint. Il faut le reconnaitre, Gbadamassi est une bête politique qui sait vendre son candidat. Et Comme il a l’habitude de le dire lui-même, même si on est contre le lièvre, il faut reconnaître qu’il sait courir. Si l’opposition dans toute sa prestance  avait un seul homme comme lui, le combat serait véritablement équilibré.

Natif de Parakou, l’homme a commencé tout en bas de l’échelle. Elu conseiller dans sa ville natale, grâce à la force de son charisme et à ses idées révolutionnaires de l’époque, la population a vu en lui un bon dirigeant et a fait de lui le maire de la plus grande métropole du Nord, la cité des Koburou. Et elle a vu juste. Sous son leadership, Parakou a changé de visage. Plusieurs quartiers qui n’ont jamais vu de pavés ni de goudrons, sont devenus de petites cités agréables dotées de voies asphaltées munies de feux tricolores. Zongo Zénon,  »A la gare », Titirou et autres sont les témoignages vivants de ses actions de développement. Avec lui, plusieurs infrastructures ont pris corps à Parakou grâce à son dynamisme et aux nombreux partenariats qu’il tissait au cours de ses voyages. Les différentes statues qui font la fierté de Parakou ont été initiées par lui. Ce dynamisme lui a valu d’être élu président de l’association nationale des communes du Bénin.

Au regard de tout ce qu’il avait accompli en tant que maire, la population s’est dit qu’il était temps de l’envoyer au parlement où se décide la destinée du pays. Et là encore, l’homme n’a pas démérité. Il a participé à voter de nombreuses lois en faveur de la population. Et parce que le bien-être du peuple était sa priorité, il a été réélu à plusieurs reprises et pour couronner le tout, il a été élu vice-président de la conférence mondiale des maires, une haute fonction qui n’est pas donnée à n’importe qui.  Tout cela est vérifiable dans le temps. Qu’on le veuille ou pas, Gbadamassi a marqué et continue de marqué l’histoire politique de son pays.

Pour ceux qui le critiquent, demandez-vous pourquoi bien que n’étant plus député, il est toujours au-devant de la scène politique ? Plusieurs députés qui n’ont pas été réélu comme lui ont disparu de l’échiquier politique. Mais demandez-vous pourquoi lui est toujours présent ? Ce n’est pas pour rien. Bien que devenu député honoraire, il est appelé pour porter certaines initiatives parce que c’est un homme qui n’abandonne pas facilement. Lorsqu’une cause bien que nécessaire semble difficile à porter, il est là. Quand les choses deviennent dures, ce sont les dures qui réussissent.

Dans sa circonscription électorale, quelle est cette commune dont les populations n’ont pas bénéficié de sa générosité. Il n’y en a pas. C’est d’un forage d’eau qu’a besoin un village, allez voir Gbadamassi, c’est une école dont a besoin une localité, il y met les moyens. D’ailleurs, il y en a même qui porte son nom à Parakou, vous pouvez aller vérifier au quartier Okedama. C’est des bancs qui manquent, ça un problème mineur pour lui. C’est du matériel médical dont a besoin un hôpital, Gbadamassi y pourvoit. La jeunesse n’a pas été laissée pour compte lui-même étant jeune, il a offert des équipements de musique à tous les groupements musicaux de sa circonscription. Les femmes, génératrice et protectrice de la vie n’ont pas été du reste. Comprenant la difficulté qu’est de porter et de prendre soin d’une vie, il a à sa manière dans les limites du possible, aidé ces dernières avec des microcrédits et a également offert des collections de bassines à toutes les associations de femmes de sa circonscription. Particulièrement à l’endroit des femmes de Parakou, il a mis sur pied la première association des femmes balayeuses, garantes de la propreté de ville et permettait du coup à ces dernières d’avoir du travail.  La chefferie traditionnelle a aussi bénéficié de sa philanthropie. Il a offert des véhicules à des rois, rénové des palais royaux et même construit certains dans son entièreté. Celui de Sandilo est un témoignage vivant de l’humanité de Gbadamassi. Il n’y aura pas assez de lignes si l’on devait tout citer. Il n’y a pas une seule catégorie sociale qui n’a pas reçu de sa main généreuse un soutien. Bien que n’étant plus au parlement, il continue de porter assistance à sa population qui voit en lui le porte-parole idéal auprès du président Patrice Talon. J’en veux pour preuve ses nombreuses audiences à huis clos et publique qui se font dans son palais.

Visiblement Il y a des personnes dont le destin est d’être des leaders pour leur population. Et sans aucun doute Gbadamassi en fait partie.

Alors que ceux qui jugent leur prochain sur ce qu’ils ont vu de leurs yeux,  comprennent que la perfection n’est pas de ce monde et seules ceux qui ne font rien, ne commettent pas d’erreurs. On ne jette la pierre qu’aux arbres qui produisent des fruits et Gbadamassi en a produit et continue d’en produire.

Arnaud KOUMONDJI

Articles Similaires

Douane: Le recrutement de 150 agents lancé

Akkilou YACOUBOU

Aménagement des infrastructures portuaires : Des travaux d’extension et de rénovation bientôt enclenchés

Akkilou YACOUBOU

Dotation de l’énergie solaire au Cs de Goua à Bembéréké par l’Ong Sompékids et Edf : Le management gagnant de l’He Gbian

Arnaud KOUMONDJI

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR