Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Invité de Décryptage sur BL Tv : Gratien Makoko éclaire sur le nouveau code électoral validé

Adopté dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 Mars 2024 à l’Assemblée nationale, puis validé le jeudi 14 mars par la Cour constitutionnelle à travers un contrôle de conformité, le nouveau code électoral continue d’être source de discussions, tant dans le rang des acteurs politiques qu’au sein des populations.

Pour mettre en lumière et clarifier ce nouveau code désormais qui sera en vigueur dès sa promulgation par le président de la République, BL TV, la télévision du groupe de presse Le Béninois Libéré, a reçu ce dimanche 17 mars dans son émission « Le Décryptage »,  Gratien Makoko, juriste constitutionnel, consultant des Droits Humains et président de plusieurs associations et groupes de réflexion sur les droits humains ; et le Journaliste Aboubakar Takou comme deuxième invité de cette émission présentée par Akkilou Yacoubou.

Pour entrer dans le vif du sujet, Gratien Makoko a rappelé d’abord que les décisions de la Cour constitutionnelle sont sans recours. << En référence à l’article 124 de la constitution, il est clairement martelé que les décisions de la Cour constitutionnelle ne sont susceptibles d’aucun recours, et qu’elles s’imposent aux pouvoirs publics, qu’ils soient législatif, exécutif ou juridictionnel. Cela implique également le respect absolu des décisions de la Cour constitutionnelle par les citoyens que nous sommes >>. A clamé l’homme de droit. À entendre certaines personnes en l’occurrence les membres du parti de l’opposition contester à tout bout de champ cette décision de validation du nouveau code électoral déclaré conforme à la constitution par les 7 sages de la Cour, cela devrait susciter des interrogations ou inquiétudes quant à leur devoir de citoyen béninois, fait-il comprendre.

Pour clarifier le code électoral modifié, le juriste constitutionnel affirme : << Il y a une nuance que les gens ne font pas lorsqu’on aborde la question du texte modifiant le code électoral. Les reproches que l’on peut faire à ce code dans son contenu, sont de deux ordres : II y a des reproches de nature purement politique et ce qu’on peut reprocher au code sur le plan juridique. Comme exemple, lorsque nous prenons le pourcentage pour être éligible à l’attribution des sièges, c’était 10% et la modification du code a porté cela à 15%. Et lorsque nous sommes en train de réfléchir sur le plan politique, on peut dire que la démocratie, c’est l’ensemble et qu’il faut permettre à tous les citoyens de participer à la gestion de la chose publique… tout cela relève du bon sens et de l’éthique…, mais sur le plan purement du droit, cela ne tient pas. Puisque c’est la majorité à l’assemblée nationale qui a adopté le code électoral, c’est en quelque sorte la voix de tous… >>. A clarifié le juriste.

D’autres questions de l’actualité béninoise qui cristallisent actuellement les attentions ont été abordées pendant cette émission. Parmi ces actualités, nous avons le mouvement des OB 26, une filière que le journaliste Aboubakar Takou a décryptée. Selon lui, ses écrits de ces derniers jours visent à dénoncer le fait que ce qui se fait avec les Ob 2026, est une entorse à la réforme du système partisan.

Pour le Consultant Gratien Makoko, il est à s’interroger la catégorie de ces mouvements sans une réelle identité. Selon lui, cette filière qui suscite la candidature de Olivier Boko pour la présidentielle de 2026, bien qu’étant contraire à la réforme du système partisan, ne serait vraiment pas en contradiction avec la loi, puisque, restant sans une réelle base, ces mouvements ne seraient être considérés comme un parti politique.

L’autre sujet abordé a été l’union des partis de l’opposition avec les retrouvailles entre Les Démocrates et la Fcbe.

Décryptage, cette émission présentée par Akkilou Yacoubou, est disponible sur la chaîne YouTube de la télévision BL TV.

François d’Assise BATCHOLA (Stag)

Articles Similaires

Bénin/Redressement fiscal: La Résidence privée de Sébastien Ajavon sous scellée à Cotonou

Akkilou YACOUBOU

Bénin: Ayadji invité sur une chaîne internationale

Akkilou YACOUBOU

Législatives du 08 janvier 2023 : QUI A DIT QUE GBADAMASSI N’EST PAS PARTANT ?

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR