Le Béninois Libéré
Image default
Société

Lancement officiel des activités du WAAVP-AN : La Parasitologie Vétérinaire au cœur des échanges

Le Réseau Africain de l’Association Mondiale pour l’Avancement de la Parasitologie Vétérinaire, c’est-à-dire World Association for the Advancement (WAAVP-AN) s’est réuni à Golden Tulip de Cotonou les 26 et 27 juin 2024 pour le lancement officiel des activités dudit réseau. C’était en présence de plusieurs experts, enseignants chercheurs venus de différents pays d’Afrique et d’étudiants des universités du Bénin.

Réuni autour du thème ‘’Faire progresser la parasitologie vétérinaire en Afrique pour améliorer la lutte contre les maladies parasitaires animales’’, cette rencontre du réseau africain WAAVP-AN vise à promouvoir la notoriété du réseau et à dévoiler les opportunités qui s’offrent aux parasitologues vétérinaires africains de devenir membres et tirer parti des avantages associés à leur adhésion. Ce lancement cible les experts issus des pays africains et des pays non-africains qui s’intéressent à la lutte contre les maladies parasitaires des animaux sur le continent africain. Sont également visés les acteurs clés de l’industrie, les agences gouvernementales et d’autres partenaires ayant un intérêt et une influence similaire sur le continent africain.

Pendant ces deux jours d’échanges, des experts venus du Nigeria, du Kenya, de l’Ouganda, du Zimbabwe, de l’Afrique du Sud, du Cameroun, du Maroc, du Botswana, du Burkina-Faso, de l’Egypte, du Bénin et bien d’autres pays ont à travers plusieurs communications échangées sur la réduction de l’impact économique et sanitaire des parasites chez les animaux. Ils ont aussi échangé sur comment travailler pour la pérennisation des activités du réseau.

Née il y a trois ans, le Bénin a eu le privilège d’accueillir ce lancement du WAAVP-AN, du fait de sa représentativité dans le bureau directeur et de l’intérêt d’un certain nombre de scientifiques du Bénin par rapport aux activités du réseau qui entend promouvoir la parasitologie vétérinaire afin d’améliorer la lutte contre les parasites qui menacent la santé des animaux. Étant donné que la menace sur la santé animale déteint sur celle de la santé humaine en considérant la chaîne alimentaire et la propagation germes pour qui les frontières terrestres ne représentent pas une barrière.

Au-delà du lancement du réseau, des appels à propositions ont été faits.  « Nous comptons accompagner la recherche scientifique en finançant des projets allant de 25 000 dollars à 200 000 dollars pour un budget de 750 000 dollars. Cette année, le réseau bénéficie de l’accompagnement de la Fondation Bill et Mélinda Gate pour sa mise en place et ses activités ».  Fait comprendre Dr Abel BIGUEZOTON chercheur et membre du réseau WAAVP-AN.

Les activités du réseau abordent trois aspects spécifiques. Il s’agit de la collaboration des experts du continent africains, du leadership de tout ce qui concerne les activités en lien avec la vision du réseau à l’échelle continentale pour et la promotion de la pratique. Explique Dr AYODELE membre du WAAVP-AN.

Le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, qui a procédé au lancement officiel du réseau, estime que la recherche scientifique et le partage d’expérience sont des clés pour un développement durable et prospère. Il exhorte le réseau à en faire son leitmotiv afin de veiller à réduire l’utilisation à grande échelle des antibiotiques, veiller à la santé des animaux qui implique également la santé des hommes. « La lutte contre les parasites animaux nécessite une approche transfrontalière en raison de leur vaste distribution et de leur mode de dispersion au-delà des frontières politiques. Notre initiative, je l’espère bien, contribuera au bien-être alimentaire, sécurité des animaux, la durabilité environnementale de l’élevage tout en visant la vulnérabilité au changement climatique. » Laisse entendre l’autorité.

Notons que les problèmes de production due à la parasitose risquent de s’aggraver dans les prochaines décennies. Une telle situation est le corollaire du changement climatique, du développement de la résistance aux antiparasitaires, de l’intensification de la production animale associée à la croissance démographique et de l’insuffisance de mesure adaptée et efficace de gestion visant à atténuer le caractère zoonotique des infections qui minent le secteur. Et fort de tout cela, le Réseau Africain de l’Association Mondiale pour l’Avancement de la Parasitologie Vétérinaire compte travailler et fournir une plateforme internationale pour la présentation et la discussion d’études afin de mener une lutte adaptée contre les maladies parasitaires vétérinaires en Afrique. 

Gloria AKOAKOU

Articles Similaires

Bénin : Claudine PRUDENCIO rend un vibrant hommage à sa sœur Annick Balley

Akkilou YACOUBOU

Après le rapport de Amnesty International sur les expulsions forcées au Bénin : Les sinistrés du délogement de Xwlacodji implorent la clémence du président Talon

Vignon Justin ADANDE

Bénin : Déjà des coups durs pour cette nouvelle année

Akkilou YACOUBOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR