Le Béninois Libéré
Image default
Société

Nouvelle constitution au Togo : Des critiques sévères pleuvent sur Faure Gnassingbé

Le Togo a une nouvelle Constitution dont le texte a été promulgué le lundi 6 mai par le président Faure Gnassingbé, après son adoption en seconde lecture par l’Assemblée nationale. Cette constitution fait passer le pays d’un régime présidentiel à un régime parlementaire. Cela continue de provoquer de vives contestations dans une partie de la société civile et de l’opposition.

En effet, depuis plus d’une semaine après sa promulgation, le texte n’est pas encore publié. C’est incompréhensible, estime David Dosseh. « Il est impossible de savoir ce qu’il y a dans la nouvelle Constitution », poursuit le porte-parole du front citoyen Togo Debout, alors que le texte a été adopté il y a près d’un mois par l’Assemblée nationale, puis promulgué depuis le 6 mai dernier. La nouvelle Constitution doit désormais être publiée dans son intégralité au Journal officiel.

Une partie de l’opposition et de la société civile togolaise dénonce donc une obscurité autour du texte, dont seules les grandes lignes sont connues pour le moment. << Nous ne laisserons jamais passer cette histoire de changer notre constitution. On continue la concertation, à nouveau, de l’opposition. À ce sujet, cela ne finira pas jusqu’à ce qu’il ne dégage. On ne va pas laisser quelqu’un se lever un matin et dire : « J’ai trouvé une ruse pour contourner la limitation des mandats et je change la Constitution. » Non. On ne laissera rien passer. On va s’organiser’’, a déclaré Jean-Pierre Fabre, le leader de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), en conférence de presse le lundi 14 mai. ‘’Monsieur Faure Gnassingbé nous dit : « Nous allons changer la Constitution » en violation de qui ? Des dispositions de la Constitution elle-même : article 52, article 59, article 144 relatif à l’état d’urgence ? Où est l’état d’urgence ?’’ continue-t-il.

 Il faut noter que c’est cette nouvelle constitution qui fait passer le Togo à la Cinquième République et à un régime parlementaire, qui élira le nouveau président de la République, dont le rôle est honorifique, alors que le pouvoir sera entre les mains du président du Conseil des ministres ,  un poste qui revient au parti majoritaire, donc à Unir, parti que dirige le président Faure Gnassingbé. 

Marcel AGBAGAN

Articles Similaires

Maîtrise des prix de certains produits agricoles: Des redevances à l’exportation instaurées ?

Akkilou YACOUBOU

Cybercriminalité au Bénin : De lourdes peines pour les fonctionnaires interpellés

Akkilou YACOUBOU

Bénin : Wilfried Houngbédji justifie ce choix de la Camerounaise Minou Chrys-Tayl à l’INF

Akkilou YACOUBOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR