Le Béninois Libéré
Image default
Société

Pour une politique budgétaire éthique : Madougou évoque les principes moraux pour un Développement Humain Inclusif

En se basant sur les principes moraux identifiés par Jonathan Haidt peuvent être appliqués à une politique budgétaire éthique, Réckya MADOUGOU met en valeur l’importance d’une approche centrée sur le bien-être humain. C’est à travers un post sur sa page Facebook.


Dans son post, elle propose des stratégies budgétaires qui visent à promouvoir une société juste, solidaire et éthique, en s’appuyant sur des valeurs telles que le soin, l’équité, la loyauté, l’autorité, la sacralité et la liberté. Elle invite les dirigeants à concevoir des politiques budgétaires qui répondent aux besoins économiques tout en favorisant le développement humain et la cohésion sociale.
Lire l’intégralité de son post.

𝐏𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐛𝐮𝐝𝐠𝐞́𝐭𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐞́𝐭𝐡𝐢𝐪𝐮𝐞 : 𝐄𝐭 𝐬𝐢 𝐥𝐞𝐬 𝐄́𝐭𝐚𝐭𝐬 𝐚𝐟𝐫𝐢𝐜𝐚𝐢𝐧𝐬 𝐬𝐞 𝐫𝐞́𝐟𝐞́𝐫𝐚𝐢𝐞𝐧𝐭 𝐚̀ 𝐥𝐚 𝐛𝐫𝐢𝐥𝐥𝐚𝐧𝐭𝐞 𝐞́𝐭𝐮𝐝𝐞 𝐝𝐞 𝐉𝐨𝐧𝐚𝐭𝐡𝐚𝐧 𝐇𝐚𝐢𝐝𝐭 ?

Les performances macroéconomiques valent le coup lorsque le développement humain s’en ressent. Mes contributions présentées dans ce texte, nous orientent en amont vers l’exploration des principes moraux identifiés par Jonathan Haidt. Dans quelle mesure ces derniers peuvent-ils être appliqués à une politique budgétaire éthique ? En s’appuyant sur des conceptions psycho-sociologiques, l’objectif est de viser des stratégies budgétaires qui non seulement répondent aux besoins économiques d’un pays, mais promeuvent une société juste, solidaire et éthique.

Dans ses recherches révolutionnaires portant sur la psychologie humaine et intitulées « The Righteous Mind: Why Good People are Divided by Politics and Religion », Jonathan Haidt avait dévoilé en 2012 𝐥𝐞𝐬 𝐟𝐨𝐧𝐝𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭𝐬 𝐦𝐨𝐫𝐚𝐮𝐱 𝐢𝐧𝐧𝐞́𝐬 𝐪𝐮𝐢 𝐬𝐜𝐮𝐥𝐩𝐭𝐞𝐧𝐭 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐬𝐞𝐧𝐬 𝐦𝐨𝐫𝐚𝐥. (« L’esprit juste : Pourquoi les bonnes personnes sont divisées par la politique et la religion »).

Les principes émergeant des défis sociaux et environnementaux affrontés par nos ancêtres, ne sont pas toujours le fruit de constructions rationnelles mais souvent d’intuitions de bon sens. Elles guident nos jugements et nos comportements, à notre insu, la plupart du temps. Le Psychologue social et professeur d’université américain Haidt identifie à cet effet six fondements en matière de morale.

1️⃣ 𝐒𝐨𝐢𝐧/𝐛𝐥𝐞𝐬𝐬𝐮𝐫𝐞 : :* En tant qu’êtres humains, nous sommes sensibles à la souffrance et disposés à prendre soin des personnes dans le besoin. Ces sentiments ont évolué en réaction à la nécessité de s’occuper des enfants.

2️⃣ 𝐄́𝐪𝐮𝐢𝐭𝐞́/𝐭𝐫𝐨𝐦𝐩𝐞𝐫𝐢𝐞 : :* Nous apprécions et récompensons la collaboration et l’altruisme réciproque, tandis que nous voulons éviter ou sanctionner les tricheurs. La coopération augmente les chances de survie alors que l’exclusion porte les germes de la dislocation des sociétés.

3️⃣ 𝐋𝐨𝐲𝐚𝐮𝐭𝐞́/𝐭𝐫𝐚𝐡𝐢𝐬𝐨𝐧 : :* Nous récompensons les individus qui font montre d’esprit d’équipe et sanctionnons ceux qui trahissent notre groupe. Cela est comparable à l’équité/tromperie, mais cible l’appartenance à un groupe plutôt que l’humanité dans son ensemble.

4️⃣ 𝐀𝐮𝐭𝐨𝐫𝐢𝐭𝐞́/𝐬𝐮𝐛𝐯𝐞𝐫𝐬𝐢𝐨𝐧 : :* Nous respectons le rang et le statut sociaux et sommes sensibles aux signes indiquant que d’autres personnes se comportent (ou non) convenablement, compte tenu de leur position. Ceci a évolué devant l’enjeu de s’adapter à la vie au sein de hiérarchies sociales.

5️⃣ 𝐂𝐚𝐫𝐚𝐜𝐭𝐞̀𝐫𝐞 𝐬𝐚𝐜𝐫𝐞́/𝐝𝐞́𝐜𝐡𝐞́𝐚𝐧𝐜𝐞 : :* Nous éprouvons du dégoût lorsque nous observons une chose qui semble polluée (au sens propre ou au sens figuré). Nous rêvons de pureté dans la nature, les sentiments et les relations interpersonnelles. Nous considérons parfois que des objets, des lieux, des personnes et des principes – tels ceux relatifs à la gouvernance de la cité ou à la religion – sont sacrés. Cela résultait probablement de la nécessité d’éviter les agents pathogènes, négativement disruptifs.

6️⃣ 𝐋𝐢𝐛𝐞𝐫𝐭𝐞́/𝐨𝐩𝐩𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 : :* Les êtres humains coopèrent souvent dans des systèmes hiérarchiques, mais s’unissent pour se révolter contre des dirigeants liberticides, réfractaires à l’intérêt général. À gauche, le désir de lutter contre l’oppression et de la remplacer par l’égalité est dirigé contre le capitalisme sauvage.

L’on peut aisément s’inspirer des fondements moraux identifiés par Haidt, dans l’élaboration des politiques budgétaires. Surtout dans nos jeunes États à la recherche d’une résilience pour leur économie. De manière concrète, voici comment de tels fondamentaux sont susceptibles d’influer sur une politique budgétaire se voulant éthique.

➡️ 𝐒𝐨𝐢𝐧/𝐛𝐥𝐞𝐬𝐬𝐮𝐫𝐞 : :* Une politique budgétaire centrée sur le soin vise à réduire la souffrance et à prendre en charge les plus vulnérables de la société. Cela se traduit par des investissements significatifs dans la santé, l’éducation et les services sociaux, garantissant que personne n’est laissé pour compte. Les programmes de soutien aux familles, aux enfants et aux personnes âgées reflètent cette priorité. Les filets sociaux en sont une émanation.

➡️ 𝐄́𝐪𝐮𝐢𝐭𝐞́/𝐭𝐫𝐨𝐦𝐩𝐞𝐫𝐢𝐞 : :* L’équité dans la politique budgétaire revient à s’assurer que chacun paie sa juste part d’impôts et que les ressources sont distribuées de manière à favoriser une opportunité égale pour tous. Cela inclut la lutte contre l’évasion fiscale et la fraude, ainsi que l’implémentation de systèmes fiscaux progressifs où les plus riches contribuent proportionnellement plus à la collectivité.

➡️ 𝐋𝐨𝐲𝐚𝐮𝐭𝐞́/𝐭𝐫𝐚𝐡𝐢𝐬𝐨𝐧 : :* Promouvoir la loyauté dans un cadre budgétaire implique de renforcer le sentiment d’appartenance et de solidarité nationale, en soutenant les initiatives qui favorisent l’unité et la cohésion sociale. Les investissements dans la culture, les traditions et la protection de l’environnement national, les luttes contre l’asservissement des pays par le truchement de dettes malsaines, sont autant d’exemples de la façon dont les budgets peuvent refléter cette valeur.

➡️ 𝐀𝐮𝐭𝐨𝐫𝐢𝐭𝐞́/𝐬𝐮𝐛𝐯𝐞𝐫𝐬𝐢𝐨𝐧 : :* Respecter l’autorité dans la politique budgétaire doit se traduire par une formation républicaine et civique des institutions habilitées à maintenir l’ordre social et à promouvoir le bien commun (forces de l’ordre, système judiciaire, citoyenneté active, etc.). Et ceci dans un esprit d’équité et non pas d’instrumentalisation des organes afin d’éviter la subversion. Les corps de contrôle budgétaire doivent être renforcés et véritablement indépendants et autonomes. Tout cela implique également la transparence et la responsabilité dans la gestion des finances publiques pour le maintien de la confiance dans ces institutions.

➡️ 𝐂𝐚𝐫𝐚𝐜𝐭𝐞̀𝐫𝐞 𝐬𝐚𝐜𝐫𝐞́/𝐝𝐞́𝐜𝐡𝐞́𝐚𝐧𝐜𝐞 : :* Reconnaître ce qui est considéré comme sacré dans la société peut guider les décisions budgétaires vers la protection et la valorisation des patrimoines culturels et naturels. Cela inclut le financement de la préservation de sites historiques, parcs nationaux, le soutien aux arts et aux symboles de bonne gouvernance.

➡️ 𝐋𝐢𝐛𝐞𝐫𝐭𝐞́/𝐨𝐩𝐩𝐫𝐞𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 : :* Une politique budgétaire éthique défend la liberté individuelle en minimisant l’oppression sous toutes ses formes. Veiller à ce que les politiques fiscales et les dépenses publiques n’alourdissent pas exagérément les citoyens, en particulier les moins nantis. De même, développer des initiatives qui garantissent l’équité.

Un tel arrangement budgétaire mue par l’équité et s’exonérant d’affecter des ressources à des instruments au service de l’arbitraire, est de nature à favoriser la cohésion sociale indispensable à une croissance économique inclusive.

Reckya Madougou

Articles Similaires

Vaccin anti-Covid :Déjà 1144390 doses administrées au Bénin

Arnaud KOUMONDJI

Lancement de l’atelier de renforcement pour la lutte contre la traite des êtres humains : Les acteurs engagés dans la lutte contre ce fléau

Akkilou YACOUBOU

Bénin : La liste des Superviseurs et des Animateurs retenus pour les centres Barka (PAEFE) de l’Atacora et de la Donga

Vignon Justin ADANDE

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR