Le Béninois Libéré
Image default
Afrique

Procès des massacres du 28 Septembre en Guinée: Voici la proposition du président du tribunal aux différentes parties

Après trois semaines de pause, le procès du 28 Septembre a repris ce 13 mai 2024 en Guinée Conakry. Les 11 présumés responsables de la répression d’un meeting de l’opposition qui a fait plus de 150 morts le 28 septembre 2009 sont en train d’être jugé par la justice du pays. Le procès est entré dans sa dernière ligne droite, avant le verdict qui devrait intervenir d’ici au mois d’août.
Un verdict dans le procès des massacres du 28 septembre 2009 en Guinée interviendrait d’ici au mois d’août : c’est le vœu du président du tribunal criminel de Dixinn, Ibrahima Sory 2 Tounkara. « C’est le souhait du tribunal que les accusés soient fixés sur leur sort avant qu’on aille aux vacances judiciaires », a déclaré le magistrat. À cet effet, Ibrahima fait une proposition aux différentes parties : passer de trois jours à cinq jours d’audience par semaine et commencer chaque jour une heure plus tôt. Il faut « que chacun fasse des sacrifices pour qu’on puisse en terminer avec cette phase ». affirme-t-il.

Cette proposition n’est pas acceptée de tous

« Monsieur le président, ce n’est pas bon parce que nos cabinets sont déjà presque fermés, au rythme où ça va », a déclaré l’avocat de Toumba, ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara. Mais finalement, il a été décidé de commencer les audiences une heure plus tôt.
Après cette décision, place maintenant aux plaidoiries

Trois avocats des parties civiles sur une quinzaine ont pu plaider aujourd’hui. Ils ont tous insisté sur la requalification des faits en crimes contre l’humanité. Après les plaidoiries des avocats des parties civiles, le ministère public aura la parole pour les réquisitions et ce sera ensuite à la défense de s’exprimer.
Les plaidoiries ont donc commencé ce lundi matin. En ce qui concerne celles des parties civiles, c’est le doyen des avocats qui a été le premier à parler. Prenant le président du tribunal et sa volonté d’avancer vers le verdict à contre-pied, maître Hamidou Barry a, pendant de longues minutes, cité un à un les noms qui ont fait sa carrière. Face à au public, il a remercié ses professeurs, des avocats, les magistrats du tribunal, un peu comme s’il venait de remporter un prix.
Peu avant 11h, il en est finalement venu aux faits : évoquant le massacre du 28-Septembre, il a assuré que la Guinée avait cette fois la possibilité de briser le cercle vicieux de la violence. C’est un procès, dit-il, pour mettre fin à « l’impunité » et entamer un processus de « réconciliation nationale ». Et a insisté sur la requalification des faits. Il s’agit bien, selon lui, de crimes contre l’humanité.

Marcel AGBAGAN (Stag)

Articles Similaires

Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé envoie un message à de Joël Aïvo

Akkilou YACOUBOU

Bénin : Cotonou accueille la 15ème réunion de la Cedeao

Akkilou YACOUBOU

Côte d’Ivoire /Victime d’un accident de circulation : Voici comment Kérozen s’est grillé les ailes

Akkilou YACOUBOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR