Le Béninois Libéré
Image default
Société

Séance d’échanges sur l’occupation illégale des domaines publics à Cotonou : Les actions de répression et de libération démarrent ce jour

(Les élus municipaux et locaux mieux aguerris sur l’opération de répression)

Après le communiqué du maire de Cotonou, Luc Atrokpo, en date du 12 septembre 2023, sur l’occupation illégale des domaines publics et l’annonce du démarrage officiel sur toute l’étendue du territoire de la commune de Cotonou, des actions de répression et de libération à compter du vendredi 15 septembre 2023, c’est une séance d’échanges entre le maire, les élus municipaux et locaux sur la situation qui s’est déroulée ce jeudi 14 septembre 2023 à la salle de conférence de la mairie.

Pour le représentant du maire Luc Atrokpo, Randyx R. Romain Ahouandjinou, le 1er adjoint au maire, et le Secrétaire Exécutif de la mairie, Ange Paterne Amoussouga, il était question de dire à ces élus comment s’y prendre pour lutter contre la recolonisation des domaines publics à Cotonou. Dans ses propos, Randyx R. Romain Ahouandjinou, a d’abord déploré cette occupation illégale des domaines publics à Cotonou, qualifiée de recolonisation après les différentes opérations de sensibilisation et de déguerpissement des occupants illégaux des domaines publics tels que les trottoirs, les terre-pleins centraux et autres.

Ensuite, il leur a expliqué ce qui est attendu des chefs d’arrondissement (CA) et des chefs de quartier (CQ) à partir de ce vendredi 15 septembre, qui marque le démarrage officiel des actions de répression et de libération des domaines publics (trottoirs, terre-pleins centraux et autres). Selon le 1er adjoint au maire, l’ordre vient de la hiérarchie, à savoir le préfet du Littoral. Ce qui suppose qu’il faut passer à l’acte en exécutant cette décision. Pas de cadeaux à faire, pas d’intervention pour le cas de qui que ce soit, a-t-il dit. Une fois les saisies sur les domaines, il sera procédé à leur destruction. Car on a assez sensibilisé, a-t-il ajouté pour qu’on soit plus obligé de revenir sur des opérations de libération des domaines publics illégalement occupés. « Cotonou, c’est pour nous tous », a-t-il fait comprendre que tout Cotonois doit œuvrer pour la beauté de sa ville.

Pour l’opération qui démarre ce vendredi, la présence de CA, CQ, la police républicaine, la police municipale et autres aux côtés du préfet du Littoral, du maire et du SE, est exigée sur les artères ciblées. Pour le Secrétaire exécutif de la mairie de Cotonou, c’est une opération dont la première phase se fera en deux semaines et donc doit prendre fin le 30 octobre. Tout sera mis en œuvre afin que l’opération aille jusqu’à son terme. D’ailleurs, une plateforme créée permettra de gérer dans la célérité de probables alertes signalées par les CA, CQ et autres.

Par ailleurs, les participants ont soulevé certaines préoccupations comme le report de l’opération à cause de la rentrée scolaire et les autorisations accordées par la mairie, auxquelles Randyx R. Romain Ahouandjinou a promis une réponse. Mais en attendant, il a tenu à réaffirmer que l’opération démarre ce vendredi.

AY

Articles Similaires

Atelier de contextualisation des messages de la campagne de communication Stronger Together 2021 : Vers des messages pour une bonne campagne

Akkilou YACOUBOU

6ème Édition de la Conférence Internationale sur la finance Vert à Cotonou: Le Bénin s’illustre en modèle

Akkilou YACOUBOU

Bénin : Les raisons de l’interdiction de don de cadeaux aux membres du jury après les soutenances

Vignon Justin ADANDE

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR