Le Béninois Libéré
Image default
Politique

Sénégal : ce que propose le président Bassirou Diomaye Faye aux assises nationales de la justice

Ce mardi 28 mai 2024 s’est ouvert  au Centre de conférence de Diamniadio, en périphérie de Dakar au Sénégal, des assises nationales du secteur de la justice.  L’objectif est d’identifier les dysfonctionnements et faire des propositions de dynamisation de ce secteur.

 Près de 450 personnes dont des magistrats, des avocats, des responsables d’associations, des professeurs d’universités et d’anciens détenus  sont réunies  au Sénégal pour dresser un diagnostic du secteur de la justice, ses dysfonctionnements et faire des propositions d’améliorations. Ces assises nationales se sont ouvertes ce mardi 28 mai et prendront fin le 4 juin prochain.

Pas de juridiction d’exception ou de « procès en inquisition »

Selon le président de la République, il n’y aura pas de chasse aux sorcières  mais plutôt un débat clair pour tenter de trouver ensemble des solutions dans le secteur. Pas de « procès en inquisition », mais plutôt « un débat lucide »  pour trouver « ensemble des solutions » aux problèmes de la justice.  C’est ce qu’a souhaité le président Bassirou Diomaye Faye à l’ouverture de cette grande réunion.

Pour lui, six ans après un premier rapport qui faisait des propositions de réforme, et après une période pré-électorale particulièrement agitée avec de nombreuses arrestations qui ont ébranlé le secteur, il y a un grand « besoin d’une profonde refondation du système judiciaire ».

 Au cours de cette rencontre, tant de maux ont été identifiés par les participants. Parmi  ces maux,  il y a le sentiment d’une justice à  deux faces, l’une très répressive pour les plus pauvres et l’autre à géométrie variable pour ceux qui ont les moyens de se défendre ou proche du pouvoir. Il y a aussi un problème de surpopulation dans les prisons, avec un recours trop systématique à de longues détentions provisoires en attendant d’être jugé sans oublier la lenteur des procédures, le manque de personnel avec trop peu de magistrats (548 magistrats et 472 greffiers seulement pour plus de 17 millions d’habitants).

 Les participants vont examiner dans deux commissions  plusieurs sujets dont  la modernisation du secteur de la justice, notamment la digitalisation de certains services

Il faut rappeler que ces assises nationales sont appelées par le président Faye dès le premier discours après son élection.

Marcel AGBAGAN

Articles Similaires

Avis d’un sachant sur l’hypothétique base militaire française au Bénin : Le Gl Gbian raisonne Tiani et soutient Talon

Vignon Justin ADANDE

Sénégal : Voici les membres du gouvernement de Ousmane Sonko (Les détails)

Akkilou YACOUBOU

Histoire du 3ème mandat : MIGAN, UN DANGEREUX LARBIN QUI ÉTOUFFE ET DÉGOÛTE TALON

Aboubakar TAKOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR