Le Béninois Libéré
Image default
Economie

Financement de la Banque mondiale : 141 milliards FCFA pour une croissance inclusive et autres au Bénin

Un financement de 230 millions de dollars, soit plus de 141 milliards de FCFA de l’Association internationale de développement (IDA) a approuvé ce vendredi 15 septembre 2023 par la Banque mondiale à l’endroit du Bénin.

C’est un appui qui vise à vise à aider le gouvernement du Bénin à renforcer la croissance tirée par le secteur privé, stimuler la collecte des recettes nationales et renforcer la résilience sociale et climatique. Cette première opération d’appui des politiques de développement est destinée à soutenir des réformes favorables à une croissance inclusive, résiliente et tirée par le secteur privé et repose sur trois piliers selon le communiqué de la Banque mondiale.
La création d’un nouvel écosystème pour le développement des micros, petites et moyennes entreprises, et l’amélioration du climat d’investissement, représentent le premier pilier du l’appui. Le deuxième prend en compte des réformes pour stimuler la collecte des recettes nationales, en créant un espace fiscal nécessaire à l’investissement public et à la viabilité de la dette. Tandis que le troisième et dernier pilier cible des réformes destinées à une résilience sociale et climatique accrue, à travers notamment une couverture médicale subventionnée aux personnes pauvres, une protection sociale adaptative et un renforcement de la gestion des risques de catastrophes.
Pour Nestor Coffi, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin, « le Bénin, en dépit des chocs externes enregistrés ces dernières années, est sur une bonne trajectoire de croissance. Il est essentiel pour le pays de poursuivre les réformes transformationnelles pour maintenir ses performances de croissance et améliorer les conditions de vie des populations vulnérables » et ce financement permettra au pays « de mener des réformes pour reconstruire l’espace budgétaire, faciliter les investissements créateurs d’emplois par le secteur privé, et renforcer la résilience sociale et climatique » a-t-il ajouté.
Et effet, selon des études, « le Bénin se classe 152e sur 181 pays en matière de vulnérabilité climatique extrême. L’augmentation de la fréquence des inondations a de lourdes conséquences sur la population et le secteur agricole. Son taux d’érosion côtière, l’un des plus élevés du golfe de Guinée, menaçant plus de 50 % de la population vivant dans la région côtière, les infrastructures clés existantes et l’activité économique ». Et pour répondre aux besoins immédiats des catastrophes naturelles, un montant de 80 millions de dollars peut être entièrement ou partiellement décaissé en cas de catastrophe naturelle ou de situation d’urgence de santé publique. Sans oublier que ce financement prend en compte plusieurs volets du programme d’action du Gouvernement 2021-2026.
A noter que l’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis.

Articles Similaires

Bénin : Le FMI présente ses avancées et les perspectives à venir

Akkilou YACOUBOU

Projet de loi de finances gestion 2022 : Que retenir des nouvelles mesures fiscales ?

Akkilou YACOUBOU

UMOA-Titres : Le Bénin sollicite 120 milliards de FCFA pour le second trimestre de 2021

Akkilou YACOUBOU

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le Béninois Libéré

GRATUIT
VOIR